A Lusaka, le Président se félicite des développements positifs de la Région COMESA

A Lusaka, le Président de la République de Madagascar et Président de la Conférence du COMESA au 20ème Sommet du COMESA de Lusaka, s’est félicité des grandes avancées tant politiques qu’économiques de l’Organisation.

« Dans la Région du COMESA, nous assistons à des développements positifs majeurs qui se déroulent à un rythme rapide » a-t-il déclaré. « Ce qui est de bonne augure pour notre prospérité individuelle et collective ».

Le Président a saisi l’occasion de la Conférence pour exprimer la profonde gratitude des États membres à leurs frères, les Chefs d’État et de gouvernement de la République Fédérale démocratique d’Ethiopie et de l’Etat d’Erythrée pour la décision historique de mettre fin aux hostilités qui durent depuis quinze ans.

« Le deuxième événement capital dont nous devons nous féliciter a été la rencontre entre les protagonistes de la crise au Soudan du Sud qui a abouti au cessez-le-feu qui est en train d’être mis en œuvre », a-t-il poursuivi.

Pour que les économies soient plus intégrées, tant horizontalement que verticalement, le COMESA doit exploiter ses atouts et ses ressources existants.

« Nous pouvons nous enorgueillir d’avoir mise en place des institutions financières de classe mondiale, comme la banque de commerce et de développement ainsi que l’agence d’assurance du commerce en Afrique. Ces institutions – en fournissant des financements et des garanties à nos industries – permettent de les moderniser et ainsi favoriser la création d’emplois et d’augmenter nos échanges ».

Le thème du Sommet de cette année qui est « le COMESA à l’heure de l’intégration numérique » permet aux États du COMESA de constater qu’ils sont les premiers dans l’utilisation des différentes applications TIC, notamment les paiements mobiles et le commerce électronique pour ne citer que ces outils.

Avec ces avancées et grâce au secteur privé, les pays ont pris l’initiative de poser les bases de leur participation à la quatrième révolution industrielle, menée entre autres par l’impression en 3d et l’intelligence artificielle.

« La nouvelle économie pour l’avenir exige que nous réexaminions et révisions nos programmes d’enseignement pour pouvoir offrir une éducation et des compétences nouvelles au moment où un nombre croissant de personnes travaillent désormais de façon autonome dans les services » a souligné le Chef de l’État.

 

Publications récentes

Leave a Comment